En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous permettre et faciliter la navigation sur le site notamment en mémorisant vos préférences de navigation définies au cours de votre session.

Cher(e)s Membres de la SFMN, Cher(e)s Collègues,

En ce début de cette nouvelle année, je vous souhaite une excellente et heureuse année 2020. Quels voeux puis-je formuler pour vous en ce monde qui évolue et change à grande vitesse ? D'abord une vie familiale (amis compris !) qui vous garantisse stabilité et sérénité ; une santé de fer, richesse la plus inestimable ; ensuite la réussite dans vos projets professionnels de soins, recherche et enseignements. Cette année, parce qu‘elle sera charnière à plus d'un titre, je souhaite réaffirmer haut et fort l'excellence et l'indépendance de la médecine nucléaire française. Les vœux sont ainsi une excellente occasion pour vous faire part des dossiers « brulants ».
Je vous informais l'année dernière que la Direction Générale de l'Offre des Soins (DGOS) avait sollicité la SFMN pour la rédaction d'un futur décret destiné à encadrer les régimes d'autorisation d'exercice de la médecine nucléaire. Ce décret, qui définit les conditions d'implantation et de fonctionnement des services de médecine est en cours de finalisation. J'insisterais ici seulement sur les points importants, une information ayant été faite lors des précédentes JFMN. La SFMN, le Syndicat et l'ANAINEM ont proposé deux grades d'activité (grades I et II), chacun adaptant les conditions d'implantation et de fonctionnement d'un service au risque a priori d'évènements indésirables associés aux soins :

  • Le grade I impliquera des conditions d'implantations et de fonctionnement « allégées ». Ces services assureront des actes de nature diagnostique ou thérapeutique, hors thérapie des pathologies cancéreuses, réalisés après l'administration de médicaments radiopharmaceutiques (MRP) prêts à l'emploi, selon un procédé aseptique en système clos. Le titulaire de l'autorisation devra s'assurer du concours d'un radiopharmacien et d'un physicien médical.
  • Le grade II concernera les services assurant en plus des actes possibles en grade I des actes de nature diagnostique en système ouvert, des actes de nature thérapeutique pour les pathologies cancéreuses et enfin les marquages cellulaires. La réalisation d'actes thérapeutiques et la préparation de MRP en système ouvert augmentent de façon notable les risques non seulement pour le patient mais aussi pour le personnel, justifiant ainsi une radiopharmacie et la présence de radiopharmaciens pour une maitrise optimale du circuit du MRP.

Cher(e)s membres de la SFMN, cher(e)s collègues.

En ce début de cette nouvelle année, je vous souhaite une excellente et heureuse année 2019, à vous chers confrères, à vos familles et à vos proches. La réussite sera, je suis sûr, au bout de vos projets personnels et professionnels. Je vous souhaite une activité soutenue, une recherche innovante, un enseignement enrichissant, des échanges constructifs et apaisés avec vos collègues de vos propres centres et/ou d’autres établissements. Comme l’année précédente, je profite de ce moment pour vous informer des actualités de votre société en particulier celles qui auront une implication directe dans votre exercice quotidien.

Cher(e)s membres de la SFMN, cher(e)s collègues.

En cette nouvelle année, je vous souhaite une excellente et heureuse année 2018, grande réussite dans vos projets professionnels et personnels. Je souhaite à tous une médecine nucléaire dynamique et innovante. Je suis persuadé que notre communauté saura relever les défis de l’année 2018. C’est aussi l’occasion après six mois d’exercice de vous informer des actualités, projets et défis en cours, qui, pour certains, auront une implication directe dans notre exercice quotidien.

Ultime édito JPV SFMN 14 avril 2017

Cher.e.s ami.e.s, cher.e.s collègues,

Nous voici donc à quelques jours des troisièmes JFMN qui vont se tenir à Nantes, et dans le même temps de ma passation de la présidence de la SFMN à Florent Cachin, élu l'an passé.

Cela sera pour moi l'occasion, lors de mon ultime – et sixième - rapport moral, de revenir sur ces 6 ans de mandature. J'ignore bien sûr ce que l'histoire (sans H, tout de même) en retiendra, et quelle perception chacun peut en avoir ; j'ai aussi pleinement conscience de tout ce qui reste à faire, de tout ce qui aurait pu être conduit autrement, de tout ce qui n'a pas abouti… comment pourrait-il en être autrement ?

Pourtant, je laisse cette fonction passionnante,