En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous permettre et faciliter la navigation sur le site notamment en mémorisant vos préférences de navigation définies au cours de votre session.

Connexion

Exploration en scintigraphie osseuse d'une suspicion clinique et histologique de calciphylaxie

Aurélie Moreau
Medecine Nucleaire Lumen, GCS - Hospices Civils De Lyon, Lyon

Introduction

La calciphylaxie, pathologie rare, de pronostic sévère en raison des complications infectieuses, observée chez les patients insuffisants rénaux en dialyse chronique, est induite par les anomalies du métabolisme phosphocalcique liée à l’insuffisance rénale notamment, provoquant une cristallisation de l’hydroxyapatite dans les vaisseaux et les tissus mous. Il s’agit de lésions douloureuses, nécrosantes extensives, pouvant être digitales, en placard des membres, de la graisse abdominale ou des cuisses, de nodules de calcinoses demo- hypodermiques periarticulaires. Le diagnostic est histologique. La scintigraphie osseuse, qui explore l’activité ostéoblastique, par le biais de la fixation du radiopharmaceutique sur ce type de cristaux, permet de visualiser ces formations extra-osseuses.

Patients et méthodes

Découverte chez un patient de 67 ans diabétique de type 1, greffé rein et pancréas, en insuffisance rénale aigüe, de lésions nécrotiques bilatérales douloureuses des avants-bras, dans un contexte de diffusion d’une perfusion de gluconate de calcium (dialyse citrate). La biopsie réalisée évoquait histologiquement une calciphylaxie, (plus rare au niveau des membres supérieurs qu'au niveau des membres inférieurs). L’exploration scintigraphique osseuse a été réalisée après injection IV de HDP-99mTc (9MBq/Kg) et a comporté la réalisation d’une étude vasculaire dynamique centrée sur les avants bras, suivie d’un balayage corps entier aux temps précoces et tardifs, puis d’un complément TEMP- TDM centrée sur les avants-bras (position le long du corps).

Résultats

L’angioscintigraphie retrouvait une hyperhémie modérée en regard des lésions des avants-bras, suivie d’une hypercaptation tissulaire au temps précoce et d’une hyperfixation au temps tardif. L’hyperfixation de la face postérieure des parties molles de l’avant-bras droit était hétérogène, avec liseré intensément hyperfixant délimitant la vaste lésion nécrotique. Il n’a pas été retrouvé d’anomalie morphologique hyperdense évidente sur l’examen TEMP-TDM, (toutefois : acquisition non optimale, artefactée, patient hyperalgique). Sur le corps entier précoce, il a été retrouvé de multiples foyers nodulaires d’hypercaptation tissulaire, confirmés au temps tardif, des tissus mous du bassin et des cuisses, correspondant sur le plan morphologique à des remaniements tissulaires sous-cutanés.

Conclusion

La SO est peu spécifique. Les lésions visualisées peuvent correspondre à des lésions calciphylaxiques ou de calcinose sous-cutanée. Les lésions des cuisses étaient des lipodystrophies banales post injections. Dans le cadre de diffusion d’une perfusion calcique, l’évolution clinique spontanément favorable des lésions récuse a posteriori le diagnostic histologique évoqué de calciphylaxie.

 

 

Téléchargements :

Journal de Médecine Nucléaire