SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

Information des patients en médecine nucléaire - V. RECOMMANDATIONS

V. RECOMMANDATIONS

A. Généralités

La fiche d’information devra comprendre de manière claire, le nom l’adresse et les coordonnées téléphoniques du service de Médecine Nucléaire concerné.

L’information peut être faite par une fiche et/ou par affichage dans la salle d’attente.

Cette fiche d’information pourrait être mise à disposition sur un site intranet de l’institution.

La fiche doit apporter des informations pertinentes. Un projet de fiche est joint à ce document. Il peut s’agir d’une fiche générale et/ou de fiche spécialisées visant à indiquer aux patients les particularités liées à chaque type d’examen et aux modalités techniques et organisationnelles retenues localement.

Une fiche générale peut suffire mais dès lors où l’examen prévu comporte un risque ou des précautions particulières (par exemple examen de stress en cardiologie) une fiche d’information spéciale doit être fournie.

Les patients doivent être informés de la disponibilité, à leur demande de la notice « patient » des radiopharmaceutiques utilisés (voir 2.4).

Il est recommandé de garder une trace de l’information délivrée au patient, par sa signature (procédure non recommandée par la HAS mais souvent pratiquée) ou simplement par une note dans le dossier du patient ou dans la lettre adressée au médecin.

B. Irradiation

Afin d’éviter la duplication inutile d’examens irradiants, il est important et nécessaire de demander aux patients de venir munis de leurs examens d’imagerie antérieurs. Par ailleurs, il est indispensable de disposer de leur traitement et de leurs antécédents médicaux.

a- Pour les examens diagnostiques utilisant l’iode 131 et pour tous les actes de Médecine Nucléaire à visée thérapeutique :

Faire des fiches particulières répondant aux différents points cités dans l’article 3 de l’arrêté du 21 janvier 2004.

b- Pour les examens diagnostiques ne comportant pas d’administration d’iode 131 :

L’information délivrée aux patients doit être honnête, sans sous-estimer le risque ni le surestimer de façon excessive.

Il est recommandé, soit de faire référence au scanner de l’abdomen ou du thorax, soit d’exprimer en années d’irradiation naturelle ou les deux. La possibilité d’induction de cancer peut être abordée en disant que « le risque de cancer induit par une irradiation aussi faible n’a jamais pu être démontré».

Enfin, pour les patients souhaitant plus d’information sur les risques liés aux rayonnements ionisants, il serait souhaitable de pouvoir disposer d’un document général plus détaillé sans être alarmiste sur les risques liés à l’irradiation.

C. Grossesse et allaitement

Il convient de rappeler aux femmes enceintes ou ayant un retard de règles ou allaitantes de se faire connaître et de le signaler par avance ou dès votre arrivée dans le service

D. Médicaments dérivés du sang

Il faut préciser que ce médicament est indispensable à la réalisation de l’examen prescrit.

Il peut être utile de préciser que ces médicaments sont préparés à partir de sang ou de plasma humain et répondent à des normes obligatoires de sécurité et de qualité avec une stricte sélection des donneurs et des tests de dépistage réalisés sur chaque don. Les procédés de fabrication incluent des techniques d’inactivation virale et d’élimination des agents infectieux. C’est le cas en particulier pour le VIH et les virus de l’hépatite B et C. A l’heure actuelle, pour la maladie de Creutzfeld-Jakob, aucun cas de contamination par les produits dérivés du sang n’a été décrit à ce jour dans le monde. De plus, un système de traçabilité est utilisé pour suivre le produit utilisé du donneur jusqu’au receveur. Ces données sont archivées pendant 40 ans.

E. Précautions hygiéniques à prendre après l’examen

Pour les radiopharmaceutiques à élimination urinaire prédominante, il est recommandé d’hydrater pour favoriser les mictions. Il est conseillé de demander au patient de réaliser une miction juste avant de quitter le service de Médecine Nucléaire.

Des précautions doivent être prises afin d’éviter la contamination, elles visent aussi à la déclaration de l’injection de radioactivité en cas d’hospitalisation (précautions avec les déchets solides vis-à-vis des déchetteries).

F. Modifications éventuelles de traitement

Le patient doit être informé de la possibilité ou non de reprendre un traitement interrompu au moment de l’examen.

G. Contraintes de l’examen

Il est utile de préciser aux patients la durée de l’examen, les contraintes de l’immobilisation.

 

Designed by SFMN - ACORAMEN