SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

La scintigraphie à la somatostatine - I. INFORMATIONS ET DEFINITIONS PREALABLES

I. INFORMATIONS ET DEFINITIONS PREALABLES


Ce guide ne concerne que l'111In pentétréotide qui est un 111In DTPA-D-Phe conjugué de l'Octréotide (Octréoscan®) un analogue marqué de la somatostatine qui se lie de façon spécifique au niveau des récepteurs membranaires de la somatostatine, principalement les récepteurs de sous-type 2 et à moindre degré de sous-type 5. Ces récepteurs membranaires se trouvent sur les cellules des tissus normaux et sont repartis de façon ubiquitaire dans tout l'organisme. Leur présence a été démontrée dans les tissus normaux appartenant au système endocrine (hypophyse antérieure, hypothalamus, pancréas endocrine, cellules C thyroïdiennes). En fait ils sont largement distribués et sont présents dans presque toutes les cellules endocrines ou non endocrines du tractus gastro-intestinal, du système nerveux, du tissu lymphoïde, des surrénales, des reins, des seins ainsi que dans les monocytes, et les lymphocytes activés. Ces récepteurs sont également fortement exprimés dans de nombreuses tumeurs endocrines ou non.

Ainsi les maladies qui peuvent être mises en évidence par la scintigraphie des récepteurs de la somatostatine sont très nombreuses et concernent:

Les tumeurs endocrines: tumeurs du système adrénergique (phéochromocytome, neuroblastome, ganglioneurome, paragangliome), tumeurs gastro-entéro-pancréatiques (tumeurs carcinoïdes, gastrinome, insulinome, glucagonome, VIPome, etc.), les carcinomes médullaires de la thyroïde, les adénomes hypophysaires, les carcinomes à cellules de Merkel et les cancers du poumon à petites cellules.

D'autres tumeurs peuvent exprimer les récepteurs à la somatostatine: les carcinomes mammaires, les mélanomes, les lymphomes, les cancers de la prostate, les cancers du poumon non à petites cellules, les sarcomes, les carcinomes rénaux, les cancers thyroïdiens différenciés, les astrocytomes, les méningiomes.

Des récepteurs de la somatostatine ont été mis en évidence dans des pathologies non tumorales.

Enfin, on en retrouve aussi dans les maladies auto-immunes, les granulomes, les ophtalmopathies évolutives associées aux affections thyroïdiennes, l'inflammation postradique, et certaines infections.

 

 

Designed by SFMN - ACORAMEN