En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous permettre et faciliter la navigation sur le site notamment en mémorisant vos préférences de navigation définies au cours de votre session.



SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

SFMN
Société Française de Médecine Nucléaire
et Imagerie Moléculaire

Edito 2018 : Les voeux du Président

Cher(e)s membres de la SFMN, cher(e)s collègues.

En cette nouvelle année, je vous souhaite une excellente et heureuse année 2018, grande réussite dans vos projets professionnels et personnels. Je souhaite à tous une médecine nucléaire dynamique et innovante. Je suis persuadé que notre communauté saura relever les défis de l’année 2018. C’est aussi l’occasion après six mois d’exercice de vous informer des actualités, projets et défis en cours, qui, pour certains, auront une implication directe dans notre exercice quotidien.

Je souhaitais avant tout témoigner du dévouement et de l’implication dont a fait preuve l’équipe dirigeante précédente. Les missions que vous avez confiées à votre nouveau président sont passionnantes, multidisciplinaires, multithématiques et demandent des compétences et un savoir-faire qui ne peut s’acquérir en quelques jours. La plupart des dossiers justifie une continuité dans leur stratégie et mise en œuvre. Heureusement je bénéficie de l’aide, des conseils et de la forte implication des « pasts » présidents, les Pr Jean Philippe Vuillez et Pr Oliver Mundler, que je remercie ici très chaleureusement. Cette fonction ne peut aussi s’envisager sans un bureau solidaire et un conseil d’administration actif et critique, deux assemblées que je remercie également. Je tenais également à remercier et dire toute mon admiration au Dr Nathalie PREVOT-BITOT, secrétaire de la SFMN, qui organise et anime de main de maître les bureaux hebdomadaires de notre société. Le défi était d’autant plus difficile qu’il s’agissait de prendre la suite du Pr Bonardel Gérald, exemple de rigueur et d’investissement.

 

DGOS et DGS, vers une évolution du cadre réglementaire de notre exercice.

A la demande des tutelles, DGOS et DGS, un groupe de travail « médecine nucléaire » sera créé très prochainement et invité à réfléchir sur une possible autorisation d’exercice de la médecine nucléaire prenant le relai des actuelles autorisations d’équipements lourds. Plusieurs acteurs seront présents dont bien sur la SFMN mais également les représentants de l’exercice privé (Syndicat National de Médecine Nucléaire), des plus jeunes (ANAINEM), et d’autres institutions en lien avec la médecine nucléaire dont l’ASN. Les contours règlementaires de notre future activité se dessineront ainsi lors de ces prochaines réunions.

 

ASN, vers une réglementation mesurée.

Les travaux initiés avec l’ASN sont multiples tous en relation avec notre exercice quotidien. Ainsi, il faut souligner l’important travail du groupe de radioprotection de la SFMN qui œuvre sur d’importants dossiers tels que la gestion des effluents, l’optimisation des TDM, les formations radioprotections patients. Nous restons et resterons vigilants pour que l’évolution de la réglementation soit proportionnée aux risques réels de notre exercice.

 

Le prix des médicaments radiopharmaceutiques (MRP)?

L’avenir de notre spécialité repose sur la mise à disposition de nouveaux traceurs. Pourtant, force est de constater que nombre de molécules diagnostiques et thérapeutiques ayant nouvellement l’AMM n’ont pas de remboursement spécifique et ne sont ainsi pas prescrites. Les premiers à en pâtir sont nos patients qui malgré notre modèle pourtant très social ne peuvent avoir accès aux molécules. A qui revient la faute ? Les torts sont partagés. Certes, nos tutelles, ont une vision trop économique mais notre modèle de développement du MRP devra être optimisé. Sachez que nos partenaires industriels souhaitent saisir les tutelles pour demander une prise en charge spécifique des MRP TEP. Ceux-ci souhaitent une action concertée avec le CNP de médecine nucléaire. Des discussions et négociations sont ainsi en cours, l’objectif étant de concilier si possible les points de vue quelque peu différents...tout en ayant bien conscience que la pérennisation du système actuel est devenue impossible.

 

Une recherche plus efficace.

Nous sommes dans l’obligation de repenser notre modèle de développement et validation des nouveaux MRP. Il n’est plus acceptable de voir arriver sur le marché des molécules dont l’impact sur la prise en charge n’a pas été démontré. Ce point particulier a en effet été relevé par la commission de transparence de la HAS. Sans interférer avec les équipes de recherche locale, la Société doit initier à travers ses groupes de travail, une réflexion en ce sens. Plusieurs pistes sont envisageables : phase III multi centrique de qualité sous l’égide de la SFMN, développement très en amont des radiotraceurs conjointement avec les biomarqueurs dès les Phases I…. Il est du rôle de la société d’orienter la politique de la recherche en médecine nucléaire.

 

Imagerie fonctionnelle multimodale: Cessons tout complexe d’infériorité !

Je sais tous les échanges voire querelles qui ont pu animer notre communauté à ce sujet. J’avoue ne pas toutes les comprendre et ai pu parfois rester dubitatif devant la frilosité de notre communauté. Une attitude pragmatique, déjà pratiquée par nos jeunes confrères est de s’approprier pleinement l’interprétation des examens tomodensitométriques des TEP/TDM ou TEMP/TDM. L’objectif est une interprétation intégrée des informations biologiques et anatomiques pour un diagnostic optimal. Restons avant tout les spécialistes de la biologie des traceurs mais avec maitrise de l’ensemble de nos outils !

 

Les groupes de travail : le fer de lance de la société.

Je souhaite remercier l’ensemble des groupes de travail de la société qui tous s’investissent dans la conception et la réalisation d’ateliers de format « DPC » pour la plupart. La qualité des programmes et des communications sont déjà reconnues. Cette activité témoigne du dynamisme de notre spécialité et participe au rayonnement de la médecine nucléaire.

 

L’acoramen : ça marche !

Fin 2015, naissait sous l’impulsion du Pr Jean Philippe Vuillez, l’ACORAMEN, organisme de gestion partagée de la SFMN et de l’ACOMEN (Président : Pr Fernandez Philippe). Madame Karine Jullien, gestionnaire très efficace de l’ACORAMEN, organise avec son équipe les évènements SFMN (congrès, manifestations, ateliers) toujours avec une volonté d’optimisation et de rationalisation. Ces efforts se traduiront très probablement par une diminution des dépenses de fonctionnement dès l’année 2018.

 

La vie de votre société : une communication plus moderne.

Je vous invite à consulter le plus souvent possible le site internet de la SFMN dont l’aspect a été remarquablement remanié, il y a quelques mois par notre excellent webmaster, Mr Chistophe Nioche. Nous avons souhaité aller plus loin en 2018, en vous proposant d’échanger en temps réel grâce au nouveau compte twitter de la société qui est accessible depuis quelques jours. Nous aurons ainsi la capacité de vous informer avec grande réactivité de l’avancée des dossiers ou de la tenue d’évènements à venir ou en cours. N’hésitez pas, abonnez-vous : https://twitter.com/SFMNContact

 


La vie de votre société : naissance de …

J’ai l’immense plaisir de vous annoncer la naissance prochaine de la «Maison de la Médecine Nucléaire. Ce projet initié sous la présidence du Pr Jean Philippe Vuillez, conduira, début février 2018, à l’acquisition d’un local de 75 m², situé 5 rue Ponscarme dans le 13ème arrondissement, à deux pas de la station de métro « Olympiades ». Après réalisation de travaux, la maison de la médecine nucléaire accueillera le secrétariat de la SFMN, le conseil d’administration, de multiples réunions dont les ateliers grâce à une salle de réunion de 30 personnes. Après plus de trente ans de gestion exemplaire, votre société a su se doter de sa propre « Maison », véritable « phare » de la médecine nucléaire française.

 

 


J’ai souhaité relater par ces quelques lignes de politique générale les objectifs ou idées me semblant prioritaires. Beaucoup sont à partager avec nos partenaires industriels et avec nos collègues, amis représentants du Collège National des Enseignants de Biophysique et de Médecine Nucléaire, du Syndicat National de Médecine Nucléaire, de L’Association Nationale des Assistants et Internes en Médecine Nucléaire.
Soyez convaincus de mon investissement sans faille, de mon écoute, de ma motivation. Je reste résolument optimiste, mais vigilant, convaincu de la beauté et du devenir de notre spécialité. Mes derniers mots iront aux plus jeunes confrères. Vous assurer un exercice pérenne, enrichissant et innovant sera mon objectif prioritaire.
A nouveau, chers membres de la SFMN, je vous souhaite à toutes et tous une excellente et heureuse année 2018.

Confraternellement votre,
Pr Florent Cachin.
Clermont-Ferrand, le 2 janvier 2018.

Designed by SFMN - ACORAMEN